• Une entrée dans la classe dans le calme.

    Ce n'est pas toujours facile, après l'agitation du temps de récréation, d'entrer dans la classe dans le calme. Pour éviter l'agitation et l'énervement dès le début de matinée, nous avons choisi l'accueil des enfants dans la classe en maternelle comme en primaire. les premiers élèves arrivent dans la classe,de l'accueil périscolaire,  dès 8h30. Je mets un fond musical. Si je n'est pas eu le temps de retirer les chaises posées sur les tables, les premiers arrivés le font sans que j'ai besoin de demandé. Puis les élèves rangent leurs affaires, font un dessin, prennent un livre seul ou à plusieurs. Les responsables du calendrier et de la météo mettent à jour la date et vont vérifier le thermomètre extérieur ( je suis parfois obligée de le rappeler car certains oublient). Je suis, chaque jour, obligée de recadrer certains enfants qui ont envie de courir mais bien sûr ce n'est pas autorisé dans la classe. Les 10 premières minutes   donnent  souvent le ton de la journée. Parfois je me dis " cette journée va être difficile , je sens de l'électricité dans l'air. " Il faut être attentif à chacun pour pouvoir rectifier et recadrer les choses. Permettre à chaque élève  de profiter au mieux de sa journée.

    A 8h45 même si tout le monde n'est pas arrivé, la classe commence.

    Une classe ritualisée

    Les élèves de CP ont besoin de repères. Les rituels les rassurent. Nous commençons donc par le "chaque jour compte" puis nous vérifions le calendrier en rappelant la date du jour, celle d'hier, d'avant hier, de demain et d'après demain. Nous redisons les évènements particuliers de la journée si nécessaire (bibliothèque, sport, anniversaire....)

    Puis commence le travail de lecture

    Des temps variés

    Le temps d'attention étant très court, il faut varier les activités et maintenir le rythme. Pas toujours facile quand il faut capter régulièrement l'attention de 26 élèves. Il est rare que tous décrochent en même temps. Il y en a toujours un ou deux qui s'échappent. Quand l'agitation devient palpable, il est temps de changer d'activité ou du moins d'en changer la forme : passer d'un travail collectif à un travail de groupe ou à un temps individuel, d'un temps d'écoute à un temps d'écriture. En début d'année, j'ai beaucoup utilisé le CD "attentif comme une grenouille" pour recentrer les élèves. J'ai un peu moins besoin aujourd'hui même si cela arrive encore.

    Travailler l'attention

    Il faut aussi prendre le temps de ranger le bureau bien que certains enfants aient besoin d'avoir quelque chose dans les mains pour pouvoir être attentif. Une bonne connaissance de chacun est indispensable pour adapter ses exigences. Je ne demande pas la même chose à tous.

    Il faut savoir perdre du temps pour en gagner, ça en théorie nous le savons tous. Six heures de classe, ça passe vite et comme moi vous êtes peut-être trop ambitieux dans la préparation de vos journées. Comme j'en ai conscience ce n'est pas grave. Je sais que de toutes façons, je n'arriverai pas à tout faire. Allons à l'essentiel  et puis certains élèves en feront plus que d'autres parce qu'ils sont plus rapides, qu'ils comprennent plus vite.

     Il est cependant indispensable d'attendre que tous les élèves soient prêts avant de commencer un travail. Être tourné vers le tableau, arrêter de bavarder avec le voisin, avoir terminé de ranger ces crayons, son livre et tout ce qui peut perturber l'attention, s'asseoir correctement sur sa chaise, en CP c'est un apprentissage long et plus ou moins difficile selon les enfants.  Il y a des années où il suffit de se placer en face des élèves les bras croisés et d'attendre que tous fassent la même chose. Les enfants comprennent alors très vite ce qu'on attend d'eux. Bon ça c'est dans la théorie ! Dans la pratique,  cette année, c'est autre chose ! J'ai un groupe particulièrement bavard et de nombreux perturbateurs, je pourrais bien restée un quart d'heure les bras croisés que ça ne changerait rien. Si je vous promets, j'ai essayé ! ils me regardent et continue de discuter. C'est exaspérant alors il faut passer à l'acte se déplacer dans la classe : rasseoir un tel, demandé à son voisin de ranger la trousse, faire les gros yeux aux bavards en mettant un doigt devant la bouche. Un truc qui fonctionne bien ; lever un bras puis l'autre, faire le moulinet avec les bras enfin bref inventer des mouvements que les enfants reprennent (un rituel en sorte) et le silence s'impose. Bon bien sûr,  il arrive qu'à la fin du mouvement, certains reprennent aussitôt  leur conversation là où ils l'avaient laissée. Alors j'informe que je vais commencer avec ceux qui sont prêts. Je pose une première question à un élève attentif  et là ça fonctionne  10 élèves vont lever la main pour répondre. Ca y es,t ils sont tous là !

    Avoir une bonne connaissance de chacun.

    Lors d'un temps collectif à l'oral, on perd très vite certains élèves, il suffit parfois de les interroger pour les ramener dans le sujet. Pour débloquer une situation, il y a les élèves ressources qui connaissent beaucoup de choses et ont souvent la bonne réponse. mais, il ne faut pas pour autant laisser de côté les élèves en difficulté. Ils vont sans doute se tromper mais il est intéressant de rebondir sur les erreurs pour faire avancer la classe. On apprend de ses erreurs. Ne pas hésiter à dire et à redire qu'on est en classe pour apprendre, On a le droit de se tromper, de ne pas savoir mais qu'on doit essayer. Là encore une bonne connaissance de ses élèves s'avère indispensable pour rebondir et utiliser au mieux les compétences de chacun, ramener ceux qui s'égarent, et relancer l'intérêt. Certains jours, ça fonctionne bien, d'autres jours, c'est plus difficile.

    Savoir se remettre en question.

     Il est important de temps en temps de se remettre en question. Oui, les enfants sont difficiles. Oui leur attention est de courte durée. Oui, ils sont de plus en plus bavards. Mais, moi de mon côté qu'est ce que je fais, comment je m'y prend pour m'adapter à cette situation ? Ça fait du bien de poser les choses à plat pour pouvoir les analyser. 

    Les enfants d'aujourd'hui ne sont plus les mêmes qu'il y a 20 ou 30 ans. C'est un fait. Nous, enseignants, ne pouvons plus exercer notre métier de la même façon. Même si les choses changent, elles changent lentement. Nos classes sont toujours les mêmes. La mienne est beaucoup trop petite pour différencier les espaces. Je n'ai même pas la place d'aménager un coin bibliothèque digne de ce nom. Les enfants vont lire à leur place.  Il me semble pourtant important de pouvoir changer de lieu quand on change d'activité. Un lieu de détente ne se conçoit pas comme un lieu d'apprentissage. Moi même à la maison, pour travailler, je m'installe à mon bureau ; pour lire, je me mets dans le canapé. C'est une évidence et pourtant à l'école ça ne l'est pas toujours. Le matériel doit être à la disposition des élèves et facilement accessible. J'imagine très bien ma classe de primaire aménagé comme une classe de maternelle. Mais alors est-il indispensable que chaque enfant aient sa place attitrée ? Les élèves ne pourraient -ils pas s'asseoir là où ils veulent et en fonction de l'activité ? Malgré tout, ça risque d'engendrer beaucoup de déplacements et beaucoup de bruit.Mais les enfants sont capables d'apprendre à se déplacer sans bruit. Faisons leur confiance.  Plus de matériel individuel, tout serait rangé sur des étagères à portée des enfants. Cela n'a rien de révolutionnaire me direz-vous. Je ne souhaite pas refaire le monde, non juste trouver des solutions acceptables pour améliorer le quotidien de la classe. Donner à chaque enfant ce dont il a besoin pour progresser. Me sentir moins frustrée de ne pas pouvoir tout donner aux élèves en difficulté. Ne plus me sentir débordée certains jours par des élèves perturbateurs qui me prennent mon temps et mon énergie alors qu'il y a tant à faire. Continuer à aller de l'avant sans me décourager, voir les côtés positifs parce que oui, il y en a.


    votre commentaire
  • Pour certains enfants de CP, il est encore très difficile de se repérer dans la journée : "Dis, on est déjà allé à la cantine ? ", "c'est quand la récréation ?" alors qu'elle  est terminée    depuis moins d'une demi-heure. Je vois parfois des enfants qui sortent leur gouter à l'heure de partir pour la cantine, ou bien qui prennent leur cartable quand on sort en récréation. Même si ce ne sont que quelques cas isolés, ça arrive. Ces enfants ont encore, plus que les autres, besoin de repères. Voici pourquoi je me suis lancée dans la réalisation d'une horloge "ma journée d'écolier". 

    Ma journée d'écolier : l'horloge de la classe.

    Le plus difficile est de faire coïncider la petite aiguille avec les portions du cercle en couleur. A force d'essai et de "bidouillage" je pense y être parvenu. Ce n'est sans doute pas d'une extrême précision. Mais le but étant de donner des repères, le principal est présent. L'idéal serait d'allonger la petite aiguille mais il faut que le matériau utiliser soit très léger mais rigide sous peine de fatiguer le mécanisme de l'horloge et le risque qu'au bout de quelques jours, il ne fonctionne plus. J'y réfléchis encore. (ça y est je pense que ça fonctionne). J'ai réfléchi à une solution pour intégrer les 24 heures de la journée. Finalement, je l'ai juste suggéré en bas par une bande bleue de plus en plus mince sur laquelle figure la lune. Les enfants n'étant pas dans la classe après 16h30 (voir 17h15 quand il y a APC) insérer les temps de la maison ne me semble pas nécessaire.

    Ma journée d'écolier : l'horloge de la classe. Ma journée d'écolier : l'horloge de la classe.

      Je pensais m'arrêter là mais n'étant pas totalement satisfaite, j'ai continué à améliorer mon horloge pour arriver à la première photo de cet article.

    L'horloge provient de chez Zodio. Je recherchais un horloge plate sans rebord, sans verre. Celle-ci n'a pas les chiffres, c'est encore mieux pour la personnaliser.

     

     

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    J'ai cette année une classe de CP difficile et très agitée. Je bataille chaque jour pour obtenir des conditions de travail correctes et sereines. Pas simple avec un bon  tier  des enfants qui parlent sans cesse qui s'agitent beaucoup. J'avais acheté l'an dernier le livre  "calme et attentif comme une grenouille" mais n'en ayant pas eu réellement besoin, je n'ai pas approfondi. En début d'année, cherchant des solutions pour canaliser ma classe, j'ai repensé à cette méthode et je me suis lancée. Les 3, 4 premières écoutes n'ont pas été très performantes. Certains enfants avaient juste envie de rire , de faire la grenouille. Puis au fur et à mesure, même des élèves pour lesquels je pensais qu'il serait difficile de rentrer dans l'activité ont fermé les yeux et la main sur le ventre se sont concentrés sur leur respiration. Aujourd'hui, par deux fois nous avons fait l'exercice sans le CD et le silence et le calme se sont installés assez vite dans la classe. Il y a bien encore quelques récalcitrants mais je pense qu'en continuant, les enfants vont entrer volontiers dans l'activité. Le calme retrouvé permet de reprendre l'activité plus sereinement. J'y trouve moi même mon compte. Je me recentre aussi sur l'essentiel et évite de m'énerver quand je sens que la situation devient difficile à gérer.

     


    votre commentaire
  • Il me semble important que les élèves aient des responsabilités dans la classe d'abord pour leur permettre de développer leur autonomie mais aussi pour me décharger de certaines tâches comme l'arrosage de nos plantations, la distribution des cahiers et des fichiers. Jusqu'à aujourd'hui, j'utilisais un tableau sur lequel je plaçais les prénoms des élèves mais si je voulais que chaque élève passe par toutes les responsabilités (pour ne pas faire de jaloux), il me fallait un système de pointage qui me prenait un peu de temps. J'ai donc simplifié en utilisant une roue. Les élèves sont répartis en groupe de 3 ou 4 et toute  l'équipe  est responsable  de la tâche qui lui incombe chaque semaine. Pour que tous participent dans l'équipe, il suffit de se partager les jours : deux enfants le lundi- mardi et les deux autres le jeudi-vendredi ou pourquoi pas fonctionner sur 15 jours (deux élèves de l'équipe chaque semaine) .Mais il me semble plus simple de tourner la roue d'un cran chaque lundi, je risque moins d'oublier. 

    Voici donc la roue que je viens de terminer. Ma machine à découper silhouette portrait à beaucoup travailler de même que l'imprimante et la plastifieuse. Les feuilles utilisées pour le fond n'ont pas été imprimées, il s'agit de feuilles pour le scrapbooking qui après collage des titres n'ont été plastifiées que d'un seul côté pour pouvoir ensuite les coller sur un rond en carton.

    Pour savoir comment procéder pour plastifier d'un seul côté en utilisant une plastifieuse, je vous invite à vous rendre sur le blog "en classe pascal" qui l'explique très bien. Mais je suis sûre que beaucoup d'entre vous on déjà découvert ce principe par hasard en plastifiant un document.

     

    la roue des responsabilités

    Enregistrer

    Enregistrer

    Pin It

    2 commentaires
  • Voici une première réflexion concernant mon emploi du temps 2017-2018 en CP. C'est un emploi du temps sur 4 jours puisque nous n'avons pas classe le mercredi matin. Il est conforme aux nouveaux programmes. Je peux être amenée à le modifier en fonction de l'utilisation des salles et de la présence d'intervenants extérieurs.

    -Emploi du temps CP 2017-2018

    Emploi du temps CP 2017-2018

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Pin It

    3 commentaires
  • Ça y est c'est effectif, l'an prochain je n'aurai que des CP. L'occasion de changer quelques petites choses dans mon fonctionnement.

    En premier lieu je change de fichier de math. Inconditionnelle de "J'apprends les math" je souhaite malgré tout changer de support. J'utilise en CE1, depuis quelques années déjà, le fichier "Litchi" dont je suis très contente. Je vais donc l'utiliser également en CP. Je vais donc revoir mes fiches complémentaires adaptées à Pic bille. Je n'ai pas l'intention de tout changer car certains aspects de Pic Bille me conviennent très bien et ont fait leur preuve (le jeu des caches, le jeu des boites, l'utilisation des billes de boites de 10 avec le repère 5, les formographes etc...) et je continuerai à les utiliser sous forme d'atelier.

    rentrée 2017

    En ce qui concerne la lecture, je continue avec "rue des contes". J'aurai plusieurs élèves pour qui l'apprentissage  sera certainement difficile, je séparerai donc la classe en deux groupes  suite aux évaluations diagnostiques qui me permettront de me faire une idée plus précise du niveau de chacun.

    rentrée 2017      rentrée 2017

     

    Pour cela, j'utiliserai les évaluations far de yellow concept.

    rentrée 2017

    Je complète l'apprentissage de la lecture avec les fiches "sons et combinatoire CP/CE1" de chez Bordas. Elles sont utilisables quelque soit la méthode. Les enfants peuvent ainsi travailler à leur rythme en autonomie.

    rentrée 2017

    En découverte du monde (désolée "explorer le monde" les vieilles habitudes ont la vie dure) je n'utilise aucun manuel en particulier. Je pioche à droite et à gauche en fonction de ce que je souhaite étudier.

    Enregistrer

    Pin It

    votre commentaire